SAVE THE DATE 4ème RENCONTRE RIST le jeudi 10 septembre 2015 de 9h30 h à 18 h #CJNeph

archives-du-blog/save-the-date-4eme-rencontre-rist-le-jeudi-10-septembre-2015-de-9h30-h-a-18-h-cjneph-440

SAVE THE DATE 4ème RENCONTRE RIST le jeudi 10 septembre 2015 de 9h30 h à 18 h #CJNeph

la loi Claeys-Leonetti va créer de nouveaux droits

en faveur des personnes en fin de vie

Qu’est ce qui va changer ?

Quels sont les enjeux ?

Regards croisés entre médecins cliniciens, juristes et philosophes

 

A la Clinique Médicale et Pédagogique Edouard Rist,

14 rue Boileau, 75016, Paris,

 

Pendant sa campagne électorale au printemps 2012, dans l’engagement 21 le président François Hollande proposait « une assistance médicalisée pour terminer sa vie dans la dignité ». Ainsi le débat sur l’euthanasie a été ouvert à nouveau. Le 17 mars 2015 une proposition de loi Claeys-Leonetti sur les droits des malades et la fin de vie a été adoptée à l’Assemblée nationale. Ce texte apporte deux modifications majeures par rapport à l’ancienne loi Leonetti : Il rend contraignantes les directives anticipées et introduit la possibilité d’une sédation profonde et continue en fin de vie.

 

Notre loi relative aux droits du malade et à la fin de vie est mal connue des citoyens mais aussi des médecins. Elle concerne aussi les néphrologues car nous sommes confrontés à une mortalité qui est comparable à celle qui est observée en cancérologie ou en réanimation. L’objectif de ce colloque sera donc multiple :

– Nous tenterons d’appliquer concrètement cette loi sur la fin de vie à notre discipline, ce qui est rarement fait, en tenant compte de nos spécificités cliniques :

– Nous confronterons les points de vue de néphrologues, juriste, philosophe, médecin en soin palliatif, pourrépondre à des questions pratiques à partir de situations cliniques : Quand commence l’acharnement thérapeutique ? Quand doit-on arrêter les soins ? Comment s’assurer alors qu’il ne s’agit pas d’un homicide ?

– Enfin nous débattrons sous forme de regards croisés sur les avantages et les risques de dérives qu’apportent ces deux avancées législatives : directives anticipées contraignantes et sédation profonde et continue.

 

Programme scientifique : Modérateur Emmanuel DUPUIS

 

MATIN : Comment appliquer la proposition de  loi Claeys-Leonetti à la néphrologie ?

 

A partir de situations cliniques, des questions concrètes seront posées au Dr Vianney MOURMAN, Médecin en soin palliatif, à Mme Betty BORNE, juriste et au Dr Bruno DALLAPORTA, néphrologue : Quand commence l’acharnement thérapeutique ? Quand le néphrologue doit-il arrêter les soins ? Comment s’assurer alors qu’il ne s’agit pas d’un homicide ? Les critères d’obstination déraisonnable de la loi – inutilité, disproportionnalité, « seul maintien artificiel de la vie » sont-ils adaptés à l’hémodialyse ? En cas de dissensus entre les médecins et la famille qui décide ? Qui peut juger si une vie vaut la peine d’être vécue ? Place de la procédure collégiale ? Des directives anticipées contraignantes ? De la sédation profonde et continue ?

 

APRES MIDI : Quels sont les enjeux de la sédation profonde et continue,  des directives anticipées contraignantes, du suicide médicalement assisté et de l’euthanasie ?

 

– Dr Véronique FOURNIER (responsable de l’unité fonctionnelle d’éthique clinique à l’hôpital Cochin) : N’est-il pas venu le temps pour la médecine d’assumer l’intention de mort ?

– Mr Damien LE GUAY (philosophe et auteur) : Qu’allons nous perdre en perdant la mort ?

– Quels sont les enjeux d’une mort sous anesthésie ?

– Dr Bruno DALLAPORTA : Peut-on parler de notre propre mort ?

– Débat regards croisés entre les orateurs et les participants : Pr Emmanuel HIRSCH, Dr Véronique FOURNIER, Mr Damien LE GUAY, Dr Vianney MOURMAN, Mme Betty BORNE et Dr Bruno DALLAPORTA

– Conclusion : Pr Emmanuel HIRSCH (professeur d’éthique médicale, université Paris Sud)

Nous vous remercions de bien vouloir confirmer votre présence par mail à :bruno.dallaporta@fsef.net

Partager cet article


Cjnephro

GRATUIT
VOIR