BJN : La Biblio des Jeunes Néphrologues #10

bibliographie/bjn-la-biblio-des-jeunes-nephrologues-10-830

BJN : La Biblio des Jeunes Néphrologues #10

#CJNeph

Le Club des Jeunes Néphrologues vous propose, chaque semaine, un article ancien ou récent à lire et faire lire. N’hésitez pas à nous faire également partager vos lectures.

B Cell Reconstitution after Rituximab Treatment in Idiopathic Nephrotic Syndrome.

Colucci M1, Carsetti R2, Cascioli S3, Casiraghi F4, Perna A4, Ravà L5, Ruggiero B4, Emma F6, Vivarelli M6.

Cette étude rétrospective monocentrique, publiée dans le JASN de juillet 2016, est le fruit du travail d’une équipe italienne. Les auteurs se sont intéressés au comportement de différentes sous-populations lymphocytaires B et T, chez des enfants atteints de syndrome néphrotique idiopathique, après un 1er traitement par Rituximab. Les objectifs étaient de déterminer si la repopulation lymphocytaire était homogène après traitement, et si un facteur prédictif de rechute pouvait être mis en évidence. Pour cette étude, les sous populations lymphocytaires B et T de 28 patients et 28 témoins sains (matchés pour l’âge et le sexe) ont été caractérisées avant, puis 1, 3, 6, 9 et 12 mois après une 1ere injection de Rituximab.

Evolution des sous-populations B

  • Avant Rituximab : On observe un taux de LB transitionnels et matures plus bas chez les patients comparativement aux témoins (attribué au traitement immunosuppresseur pré-existant). (1C)

Img1C

  • 1 mois après Rituximab : La déplétion LB est complète, sur toutes les sous-populations. (2 : A, C, D)
  • Dans les 6 mois suivant : on observe une réapparition progressive des sous-populations (dans l’ordre suivant : Transitionnels-matures-mémoires). Ce groupe LB mémoires étant lui-même constitué des IgM et des LB ayant réalisé leur commutation isotypique « switched » (2 : A, C, D)

Img2

Comparaison rechuteurs/non rechuteurs

  • Parmi les 28 malades, 14 avaient présenté une rechute, dont 4 au cours des 9 premiers mois.
  • Aucune différence n’a été objectivée concernant l’évolution des LT (CD3+ ; rapport CD4/CD8)
  • Pas de différence de reconstitution des pools CD19+, LB transitionnels ou LB matures.
  • Les B mémoires (totaux, IgM et Switched) réapparaissent plus tardivement chez les non rechuteurs. (2 : D, F)
  • En analyse multivariée la précocité de reconstitution de la sous-population « switched memory B » est associée au risque de rechute. 

 

Ainsi, la reconstitution du pool « switched memory B » 9 mois après traitement par Rituximab est fortement prédictive de rechute, avec un cut-off à 0.067% des lymphocytes totaux (Se 71% ; Sp 93%). La surveillance de cette sous-population, de reconstitution plus lente, permettra peut-être un meilleur suivi des patients après la restauration du contingent CD19+. L’on peut espérer que ce sera le marqueur pronostic que nous attendons pour aider le clinicien à choisir le bon moment pour la ré-administration du Rituximab.

Partager cet article