BJN#207 – Réponse vaccinale : Comirnaty ou CominRaté ?

non-classe/bjn207-reponse-vaccinale-en-transplantation-renale-comirnaty-ou-cominrate-12928

BJN#207 – Réponse vaccinale : Comirnaty ou CominRaté ?

Cette BJN est rédigée en rapport avec la référence bibliographique suivante :

Bertrand D, Hamzaoui M, Lemée V, Lamulle J, Hanoy M, Laurent C, Lebourg L, Etienne I, Lemoine M, Le Roy F, Nezam D, Plantier JC, Boyer O, Guerrot D, Candon S. Antibody and T Cell Response to SARS-CoV-2 Messenger RNA BNT162b2 Vaccine in Kidney Transplant Recipients and Hemodialysis Patients. J Am Soc Nephrol. 2021 Jun 10:ASN.2021040480.

Lien vers l’article : Antibody and T Cell Response to SARS-CoV-2 Messenger RNA BNT162b2 Vaccine in Kidney Transplant Recipients and Hemodialysis Patients

Merci à Tristan de Nattes, Néphrologue à Rouen, membre du Comité Scientifique du CJN, pour cette synthèse bibliographique. Vous aussi, n’hésitez pas à nous envoyer vos lectures !


Introduction

Les patients dialysés et transplantés rénaux sont peu répondeurs aux vaccins. Les études récentes montrent qu’après une première dose de vaccin à ARNm anti-COVID-19, le taux de séroconversion des patients transplantes d’organe solide est faible. Ici, les auteurs ont évalué à la fois la réponse humorale, mais aussi la réponse cellulaire, chez une population de patients transplantes rénaux et dialysés, après la seconde dose vaccinale.

Méthode

Quarante-cinq patients transplantés et dix patients hémodialysés ont été analysés. La réponse humorale était évaluée par la détection d’anticorps anti-SARS-CoV-2 a l’aide du kit ARCHITECT IgG II Quant test (Abbott, USA). La réponse cellulaire était évaluée par ELISPOT IFNg dont les résultats sont exprimés en nombre de cellules T CD3+ produisant de l’INFg (SFC: spot forming cells) après incubation en présence de la Spike protein S. L’évaluation après la première injection était faite à 3 semaines. L’évaluation après la seconde injection était faite à 1 mois.

Résultats

  • Patients dialysés :
    • Après la 1ère injection :
      • 1% des patients ont développé des anticorps. Parmi les répondeurs, le titre d’anticorps était de 178.9 AU/mL.
      • 6% des patients présentaient une réponse cellulaire significative. Parmi les répondeurs, le nombre de lymphocytes T spécifiques était 208 [65-315] SFC pour 106 lymphocytes T CD3+.
    • Après la 2nd injection :
      • 9% ont développé des anticorps. Parmi les répondeurs, le titre d’anticorps était 1052 AU/mL [515-2689]
      • 100% des patients présentaient une réponse cellulaire significative. Le nombre de lymphocytes T spécifiques était 305 [95-947] SFC pour 106 lymphocytes T CD3+.
  • Patients transplantés rénaux :
    • Après la 1ère injection :
      • 2% ont développé des anticorps (p=0.19 par rapport aux patients dialysés). Parmi eux le titre d’anticorps était de 311 AU/mL
      • 4% des patients présentaient une réponse cellulaire significative (p=0.06 par rapport aux patients dialysés). Parmi les répondeurs, le nombre de lymphocytes T spécifiques était 45 [35-55] SFC pour 106 lymphocytes T CD3+ (p=0.02 par rapport aux patients dialysés).
    • Après la 2eme injection
      • 8% ont développé des anticorps (p<0.0001 par rapport aux patients dialyses). Parmi eux, le titre d’anticorps était de 671 AU/mL [172-1523] (p=0.4 par rapport aux patients dialysé).
      • 8% des patients présentaient une réponse cellulaire significative (p=0.06 par rapport aux patients dialysés). Parmi les répondeurs, le nombre de lymphocytes T spécifiques était 212 [61-330] SFC pour 106 lymphocytes T CD3+ (p=0.4 par rapport aux patients dialysés).

Chez les patients transplantés, les analyses univariées ont montré que les facteurs prédictifs de réponse humorales étaient le temps écoulé depuis la transplantation, p = 0.003 et le traitement par ciclosporine, p = 0.003. Il n’a pas été trouvé de facteur prédictif de réponse cellulaire.

Des analyses ont été réalisées selon le traitement immunosuppresseur (tacrolimus ou belatacept ou autre) après la seconde injection :

  • Réponse humorale : 8.3% groupe tacrolimus (N=24), 0% groupe belatacept (N=10), 54.5% groupe autre (N=11).
  • Réponse cellulaire : 50% groupe tacrolimus, 40% groupe belatecept, 90.9% groupe autre.

Dans les deux cas, la réponse était statistiquement plus importante dans le groupe “autre traitement immunosuppresseur”.

Conclusion

Les patients hémodialysés semblent développer une réponse à la fois humorale et cellulaire après deux injections de vaccin à ARNm. Néanmoins, chez les patients transplantés rénaux, la réponse humorale est fortement impactée (17.8% des patients développent des anticorps) de même que la réponse cellulaire (51.1%).

Les plus du papier

  • Les auteurs ont à la fois étudié la réponse humorale et cellulaire, après 1ere et 2eme dose de vaccin, chez des patients transplantes rénaux avec un traitement immunosuppresseur classique.
  • Ces résultats plaident en faveur d’une troisième dose chez les patients transplantes, et soulignent l’importance de la vaccination des proches de nos patients.

Les critiques

  • Bien que la réponse au vaccin chez les patients hémodialysés soit plus établie, peu de patients ont été inclus ici.
  • De même, les analyses réalisées selon le traitement immunosuppresseur sont difficilement généralisables du fait du nombre de patients dans chaque groupe.

 

Partager cet article


Cjnephro

GRATUIT
VOIR