Actualités du site

categorie/actualites-du-site

Les Hopitaux privés de Metz recherchent un néphrologue

Les Hôpitaux Privés de METZ (57000) site Hôpital Robert Schuman, premier établissement associatif de FRANCE (classement Le Point 2017) et l’Association Saint-André recrutent un néphrologue DES ou ACC pour compléter une équipe de 8 néphrologues dynamiques.

Champ d’activité :

– centre d’hémodialyse lourd HDF,

– dialyse hors centre (HDF, HD, dialyse péritonéale),

– néphrologie clinique, hospitalisation, consultation, PBR, suivi de greffe, ETP, recherche clinique.

De nombreuses filières de soins sont organisées et articulées autour de la dialyse et notamment un plateau technique moderne avec réanimation lourde, chirurgie vasculaire et bloc opératoire.

Rémunération selon les barèmes FEHAP Chef de service temps plein. Poste disponible à partir du 01/01/2018.

Contact : Docteur Eric AZOULAY

06.11.98.89.49

KIDNEY COACHING CLUB 2017 – L’art des statistiques

La 6e édition du Kidney Coaching Club (KCC) est revenue cette année sur les bases de données, les tests statistiques usuels ainsi que la régression logistique et les analyses de survie avec Olivier Aubert, PhD en épidémiologie et néphrologue, et Maud Racapé, PhD en immunologie.

A l’heure actuelle, les tests statistiques sont devenus presque obligatoires dans une thèse ou pour soumettre un article scientifique, même dans un journal de faible impact facteur. Deux solutions s’offrent alors aux jeunes néphrologues: réaliser seuls les tests les plus simples et/ou faire appel à un statisticien/épidémiologiste pour exploiter leur base de donnée.

La 1ère journée du KCC a d’abord abordé la question de la construction d’une base de données exploitable par le statisticien pour faciliter l’interaction entre cliniciens et statisticiens. Ont également été abordés les types de variables et comment les comparer (avec quels tests statistiques simples) pour mettre facilement en lumière les résultats intéressants. La 2e journée a traité des régressions logistiques et surtout des analyses de survie (modèle de Cox).

KCC 2017Le but de ces 2 jours était d’apporter une certaine indépendance aux jeunes néphrologues vis-à-vis du statisticien en comprenant quand utiliser les tests, quelles sont leurs caractéristiques, quels outils utiliser pour réaliser les tests les plus simples, comment construire des modèles plus complexes et quels pièges éviter. Ces tests ont été mis en pratique en temps réel avec des bases de données communes et des outils simples tels qu’Excel, GraphPad Prism ou BiostaTGV, ainsi qu’un script sous R facile d’utilisation comprenant l’ensemble des tests abordés.

Les cours ont été interactifs et les échanges intéressants, avec une satisfaction des participants d’avoir enfin à disposition des outils simples pour réaliser leurs tests eux-mêmes.

Maladie de Fabry : quelles pratiques des néphrologues ?

DEPISTAGE DE LA MALADIE DE FABRY : RESULTATS DE LA PREMIERE ENQUETE FRANCAISE SUR LES PRATIQUES DES NEPHROLOGUES

 

La maladie de Fabry est une maladie génétique multisystémique résultant d’un déficit enzymatique enα-galactosidase A provoquant une accumulation de sphingolipides dans le lysozyme des cellules endothéliales vasculaires. Il s’agit d’une maladie peu fréquente et méconnue. Le but de cette étude a été d’interroger les médecins potentiels acteurs de la prise en charge de la maladie et d’analyser leur formation, leurs pratiques de dépistage, leurs connaissances de la pathologie et prise en charge.

Figure 1 Fabry enqueteLes réponses de 152 médecins ont pu être analysées : peu de médecins suivent des Fabry (22%) et 18% en ont déjà fait le diagnostic. La formation parait insuffisante aux médecins, et ils connaissent les symptômes de façon incomplète, de même que les moyens déjà mis en œuvre autour de la pathologie (associations, bases de recueil, PNDS, etc). Certaines indications de traitement sont mal maitrisées (notamment pour l’insuffisance rénale terminale) et le principal fournisseur d’informations est l’industrie pharmaceutique.  Un calcul de score de connaissances a été réalisé (figure): l’atteinte rénale est mal connue (moins de 50% de réponses correctes), seuls 50% des médecins connaissent la conduite à tenir pour le dépistage et la confirmation, 65% environ connaissent bien les symptômes, les indications de traitement et les grandes généralités sur la maladie. 

La maladie de Fabry demeure une maladie méconnue, pour laquelle il existe des outils diagnostiques précoces et des armes thérapeutiques pour limiter la survenue de complications. La communauté néphrologique se doit d’investir en terme d’informations concernant les symptômes, de dépistage, et de prise en charge.

 

Quel pronostic de la myelodysplasie chez les hémodialysés ? Etude SM-dial

Le Dr Hanza Ayari conduit un travail sur l’évolution du syndrome myélodysplasique dans la population dialysée chronique, intitulé « SM-dial ».
En effet, les informations sur ce sujet dans la littérature sont pauvres voire inexistantes.
Il s’agit d’un travail rétrospectif  sur les patients dialysés (hémodialyse/DP) pour lesquels un diagnostic de myélodysplasie a été fait. L’objectif est de décrire l’évolution clinique et biologique de ces patients en dialyse,  et notamment la gestion des ASE  et transfusion, les complications ( pancytopenie, acutisation) et la survie. La cohorte est composée actuellement de 13 patients (dans 5 centres en France). Les critères d’inclusion sont simples : patients en dialyse (DP ou hémodialyse) pour lesquels un diagnostic de myélodysplasie  par myélogramme (+/- analyse génétique) a été fait, avant ou après la mise en dialyse.

Si vous souhaitez inclure un patient, vous pouvez contacter le Dr Ayari : hamza.ayari@aphp.fr

Le CJN publie : Revue sur le bicarbonate !

Dans la droite ligne de l’étude AlcalUN, le CJN est heureux de vous présenter la revue sur le bicarbonate publiée dans Néphrologie et Thérapeutique.

Vous y apprendrez tout sur cet ions central dans l’homéostasie, sa physiologie, son utilisation thérapeutique et la place centrale qu’il occupe dans le dialysat.

bicar

Cliquez sur l’image pour accéder à l’article

Bravo à Julie Beaume et à l’ensemble des auteurs !

 

WebCast Roche : Une REINvention de nos relation avec le patient ?

« Docteur, j’ai lu sur internet que… »roche

« Sur Facebook, mon cousin m’a parlé du vaccin contre la grippe… »

« Regardez, mon relevé tensionnel est sur mon téléphone! »

A l’heure des objets connectés et de la santé numérique, ces situations sont amenées à devenir de plus en plus fréquentes en consultation. Les patients, et notamment ceux atteints de maladie chroniques, sont de plus en plus demandeurs d’informations… et vont souvent les chercher eux même.

 

0001

La médecine de demain ne sera plus celle de la relation descendante entre un docteur délivrant la bonne parole et un patient passif écoutant sagement ce que nous lui disons. Face à cette évolution, comment concevoir la relation médecin malade ? Comment concevoir une nouvelle approche patient ?

 

Notre partenaire Roche vous propose une Webcast, animée par Jean Philippe BERTOCCHIO (HEGP, Paris – Président du CJN), Agnès CAILLETTE BEAUDOIN (Calydial, Lyon) et Dominique GUERROT (CHU Rouen), le 28 novembre à 19H. Pour participer ou simplement y assister, rien de plus simple : il suffit de se connecter à www.nephrologie.roche.fr.

Offre d’emploi à l’Hôpital Bichat

Un poste d’attaché temps plein sera disponible dans le service de néphrologie du Pr VRTOVSNIK à compter du 1er Janvier 2018 jusqu’au 1er Novembre 2018.

Poste comprenant une activité mixte de dialyse et de consultation : 
– dialyse (aigue et chronique) 
– consultation (consultations d’urgence, consultations de suivi de MRC, patients transplantés, consultation pré dialyse…) 

Service comprenant : 
– salle de 24 lits avec prise en charge IRA , IRC, patients transplantés à partir de J10. 
– HDJ avec activité importante de dialyse péritonéale 
– Dialyse avec 14 postes

Equipe dynamique comprenant 2 PUPH, 2 pH temps plein, 2 pH mi temps, plusieurs attachés, 2 CCA, 1 assistant et 5 internes (3 DES et 2 DFMSA)

Nombreux staff (dialyse, anatomopathologie, bibliographie …)

Contact : Pr Francois VRTOVSNIK (francois.vrtovsnik@aphp.fr)

Offre de remplacement – Clinique HELIONEPHRO

Dialyse et Croisière

La Clinique HELIONEPHRO (www.helionephro.com) propose à des Néphrologues, autorisés à exercer de façon autonome, des missions de 15 jours, pour le traitement de 8 à 12 patients hémodialysés, sur des bateaux de croisière en Méditerranée occidentale et orientale.

Vous pourrez choisir parmi 15 départs depuis différents « home port » comme Barcelone, Marseille, Nice, Gênes, Rome, Venise.

Vous serez le responsable scientifique d’une équipe de deux infirmières expérimentées en hémodialyse et d’un responsable technique pour le matériel.

Vous bénéficierez, sans avoir à en coordonner la maintenance, d’un plateau technique efficient comprenant des machines NIKKISO DBB 05 avec osmoseur itinérant et le consommable nécessaire.

L’acheminement vers le « home port » ainsi que la croisière « all inclusive » vous seront offerts.

 

Adressez les candidatures et votre C.V.  au Docteur BIANCHINI : contact@helionephro.com
Date : A partir d’Avril 2018
Durée : missions de 15 jours
Responsabilités :
patients hémodialysés

Offre de poste d’Assistant Spécialiste à Brest

Lieu : Brest (Finistère)

 

Activité mixte entre hôpital universitaire (CHRU BREST) et associatif (AUB Santé)

 

CHRU Brest :

  • secteurs d’hospitalisation (néphrologie, transplantation rénale)
    hémodialyse aiguë et chronique
  • aphérèse thérapeutique (échange plasmatique par centrifugation ou filtration, double filtration, cytaphérèse thérapeutique)
  • consultations (néphrologie et transplantation)

 

Associatif AUB Santé :

  • HD (centre, UDM, autodialyse, domicile)
  • DP (DPA, DPCA)

 

Poste disponible : à partir du 06 novembre 2017

 

Contacts :

  • Pr Yannick LE MEUR

Service de Néphrologie

Bd Tanguy Prigent

29200 BREST

02 98 34 70 74

yannick.lemeur@chu-brest.fr

 

  • Dr Marie-Paule GUILLODO

AUB Santé

60 rue Francis Thomas

ZA du Questel

29200 BREST

06 68 43 16 61

marie-paule.guillodo@chu-brest.fr

Néphrologue et e-santé : quelles pratiques ?

Logo CJN simpleLe CJN et la SFNDT en collaboration avec  Calydial ont réalisé en 2017 une étude ayant pour but d’analyser les pratiques des néphrologues en télémédecine et E-santé. Ces résultats ont été présenté par Salvatore Citarda lors du 2ème congrès de la SFNDT.

Peu de données  existent  sur ce sujet par rapport à la population nationale et par rapport aux professionnels de santé.  Aucune information n’existe sur les pratiques des néphrologues. Nous avons donc élaboré un questionnaire, qui a été diffusé sur notre site internet, et via la SFNDT.

Quasi toutes les régions de France ont participé à cette étude avec une forte représentation de la région Auvergne-Rhône-Alpes.
Les répondants à l’enquête ont un profil diversifié avec une moyenne d’âge de 46 ans +/-11 ans. Tous les secteurs sont représentés, le statut de néphrologue non universitaire est celui qui est majoritairement présent.

sfndt81% des néphrologues  interrogés possèdent  au moins un compte sur un réseau social, l’usage des objets connectés  est peu répandu dans la sphère professionnelle (30%), et encore  moins pour un usage professionnel  (17%). En revanche 99% consultent des contenus professionnels sur Internet notamment pour de l’aide à la prescription. La moitié des néphrologues indiquent que certains de leurs patients sont équipés d’objet connectés à usage de santé.

Pour communiquer entre professionnels et avec les patients, les néphrologues utilisent majoritairement le courrier papier, mais la messagerie de santé commence à avoir sa place (30%).
Le dossier médical informatisé est majoritairement utilisé mais avec une disparité entre la dialyse (90 %) et la greffe (62%).

Concernant la télémédecine, l’enquête montre que près de la moitié des néphrologues se qualifient de « non concerné par la télémédecine ».

En terme de satisfaction quant à l’usage de la télémédecine, les avis sont très partagés avec globalement 56% de néphrologues satisfaits de cette pratique.

Les sources d’insatisfaction sont clairement identifiées, elles freinent le développement de la télémédecine en  néphrologie. Celles-ci sont principalement liées à des problèmes techniques, de défaut de formation ou d’informations, les modalités de financement sont également un motif d’insatisfaction pour un quart des néphrologues interrogés.

Cette enquête démontre le besoin d’informations, de formation et d’accompagnement des néphrologues pour qu’ils s’approprient la télémédecine.