BJN#216 – Les diurétiques c’est bien !

bibliographie/bjn216-les-diuretiques-cest-bien-14217

BJN#216 – Les diurétiques c’est bien !

Cette BJN est rédigée en rapport avec la référence bibliographique suivante :

Agarwal R, Sinha AD, Cramer AE, Balmes-Fenwick M, Dickinson JH, Ouyang F, Tu W. Chlorthalidone for Hypertension in Advanced Chronic Kidney Disease. N Engl J Med. 2021 Nov 5. doi: 10.1056/NEJMoa2110730.

Lien vers l’article : Chlorthalidone for Hypertension in Advanced Chronic Kidney Disease

Merci à Charlotte Loheac, néphrologue à Quimper, membre du Comité scientifique du CJN, pour cette synthèse bibliographique. Vous aussi, n’hésitez pas à nous envoyer vos lectures !


Introduction

Peu de preuves sont disponibles pour soutenir l’utilisation de diurétiques thiazidiques en traitement de l’hypertension chez les patients atteints d’insuffisance rénale chronique avancée.

Patients/matériels et méthodes

Ont été inclus des patients avec une maladie rénale chronique de stade 4 avec une pression artérielle (PA) insuffisamment contrôlée en MAPA (PAs > 130 mmHg et/ou PAd > 80 mmHg), sous au moins un traitement antihypertenseur incluant un bloqueur du SRAA ou un bétabloquant. Randomisation en double aveugle en 2 groupes avec un ratio 1 :1 : 12,5 mg/jour, augmenté de 12,5 mg toutes les 4 semaines en fonction du contrôle tensionnel, jusqu’à 50 mg/jour, ou placebo. La randomisation était stratifiée sur l’utilisation d’un diurétique de l’anse. Le critère de jugement principal était la variation de PA en MAPA à 12 semaines de l’initiation du traitement comparé à la PA en MAPA à la randomisation. Les critères de jugements secondaires étaient la variation à 12 semaines de la randomisation du rapport protéinurie/créatininurie, du NT-proBNP, de la rénine et de l’aldostérone et du volume corporel total. La sécurité a été évaluée.

Résultats

160 patients ont été randomisés dont 76 % étaient diabétiques et 60 % avaient un diurétique de l’anse. Le DFG moyen était de 23,2 (±  SD 4,2) mL/min/1,73 m2. Les patients prenaient en moyenne 3,4 ± 1,4 traitement antihypertenseur. Au moment de la randomisation, la moyenne de MAPA systolique était de 142.6±8.1 mmHg dans le groupe chlorthalidone et 140.1±8.1 mmHg dans le groupe placebo, et la MAPA diastolique de 74.6±10.1 mmHg et 72.8±9.3 mm Hg. L’évolution de la MAPA à 12 semaines était de −11.0 mm Hg (IC95, −13.9 to −8.1) dans le groupe chlorthalidone et −0.5 mm Hg (95% IC, −3.5 to 2.5) dans le groupe placebo. La différence entre les deux groupes était de −10.5 mm Hg (95% CI, −14.6 to −6.4) (P<0.001). A 12 semaines, le rapport protéinurie/créatininurie avant diminué de 50% (95% IC, 37 to 60) dans le groupe chlorthalidone comparé au groupe placebo. Une hypokaliémie, une insuffisance rénale aigue, une hyperglycémie ou des vertiges sont survenus de manière plus importante dans le groupe chlorthalidone.

Conclusion

Chez les patients avec une MRC de stade 4, le traitement à la chlorthalidone améliore le contrôle de la pression artérielle à 12 semaines par rapport au placebo.

Les plus du papier

  • Essai contrôlé, randomisé, double aveugle
  • Multicentrique
  • MAPA répétées

Les critiques

  • Faible effectif
  • Peu de femmes (22%)

Partager cet article


CJN - Jeunes Néphrologues

GRATUIT
VOIR