Archives du mois - août 2016

date/2016/08

Enquête Dialyse Péritonéale

#CJNeph

Afficher l'image d'origine

Chers amis,

Voici le 1er challenge de l’année !

Vous trouverez ci-après le lien vers un questionnaire très rapide a remplir, qui vise a évaluer la vision qu’ont les jeunes néphrologues de la dialyse péritonéale. Ce sujet sera en effet débattu au prochain congres de la SFNDT. (Le délai est donc assez court !!)

Il s’adresse principalement aux jeunes néphrologues de moins de 41 ans exerçant en france métropolitaine.

Merci a vous de le remplir et de le diffuser le plus largement possible (et le plus rapidement possible).

Lien vers le questionnaire

 

Merci de votre aide!

Enquête Dialyse Péritonéale

#CJNeph

Afficher l'image d'origine

Chers amis,

Voici le 1er challenge de l’année !

Vous trouverez ci-après le lien vers un questionnaire très rapide a remplir, qui vise a évaluer la vision qu’ont les jeunes néphrologues de la dialyse péritonéale. Ce sujet sera en effet débattu au prochain congres de la SFNDT. (Le délai est donc assez court !!)

Il s’adresse principalement aux jeunes néphrologues de moins de 41 ans exerçant en france métropolitaine.

Merci a vous de le remplir et de le diffuser le plus largement possible (et le plus rapidement possible).

Lien vers le questionnaire

 

Merci de votre aide!

Enquête Dialyse Péritonéale

#CJNeph

Afficher l'image d'origine

Chers amis,

Voici le 1er challenge de l’année !

Vous trouverez ci-après le lien vers un questionnaire très rapide a remplir, qui vise a évaluer la vision qu’ont les jeunes néphrologues de la dialyse péritonéale. Ce sujet sera en effet débattu au prochain congres de la SFNDT. (Le délai est donc assez court !!)

Il s’adresse principalement aux jeunes néphrologues de moins de 41 ans exerçant en france métropolitaine.

Merci a vous de le remplir et de le diffuser le plus largement possible (et le plus rapidement possible).

Lien vers le questionnaire

 

Merci de votre aide!

BJN : La Biblio des Jeunes Néphrologues #14

Le Club des Jeunes Néphrologues vous propose, chaque semaine, un article ancien ou récent à lire et faire lire. N’hésitez pas à nous faire également partager vos lectures.

 

Proton Pump Inhibitors and Risk of Incident CKD and Progression to ESRD

 

Cette étude américaine s’est intéressée au lien statistique potentiel entre la prise d’un traitement par IPP et la survenue d’une insuffisance rénale chronique. Il s’agit d’un travail rétrospectif comparant une cohorte incidente d’utilisateurs d’IPP (n= 173321) et à une d’anti-histaminiques H2 (n=20270) à partir de la base de données des vétérans américains.

La survenue d’un DFG<60ml/min (CKD EPI) ou d’une IRC (2 mesures DFG<60ml/min à 90 jours intervalle) est plus fréquente dans le groupe IPP (HR 1.22 et 1.28). Les taux d’incidence d’un doublement de la créatinine, d’un déclin du DFG de plus de 30%, de la survenue d’une IRCT ou d’un critère composite associant survenue d’une IRCT ou déclin de plus 50% du DFG, sont plus élevés dans le groupe IPP (HR respectivement 1.53, 1.32, 1.09 et 1.47). Ces données sont statistiquement significatives avec un modèle de Cox et après ajustement en multivarié sur les données démographiques et cliniques.

En comparaison aux sujets traités ≤ 30 jours, il existe une association croissante entre la durée d’exposition et le pronostic rénal (figure 2).

ipp

Les auteurs ont ensuite voulu augmenter la puissance de leur travail en testant leurs hypothèses sur des modèles statistiquement plus solides. Les mêmes résultats sont retrouvés en créant deux cohortes appariées avec un score de propension 1:1 utilisateurs IPP/utilisateurs anti H2 (n=20270), deux cohortes appariées avec un score de propension 1:1 utilisateurs IPP/groupe contrôle (n= 173321). L’association (exposition IPP et risque CKD) ne semble pas médiée par la survenue d’une IRA. Enfin des analyses additionnelles prenant en compte plusieurs variables d’intérêt statistique potentiel (utilisation d’un AINS, ratio microalbuminurie/créatininurie, taux de bicarbonate sérique, utilisation bloqueur SRA) montre les mêmes résultats.

Ce travail fait écho notamment au papier de Lazarus (JAMA Intern Med 2016 Proton Pump Inhibitor Use and the Risk of Chronic Kidney Disease) à partir de deux cohortes observationnelles américaines, retrouvant des résultats similaires.

Les principaux biais restent la nature observationnelle et rétrospective des comparaisons dont les auteurs ont cherché à s’affranchir avec des tests statistiques plus robustes afin de rendre les cohortes comparables.

Les mécanismes physiopathologiques évoqués sont la survenue éventuelle d’épisodes d’IRA +/_ inaperçus responsables de séquelles fibrosantes. Une autre piste de réflexion serait une hypomagnésémie médiée par les IPP par altération de leur absorption digestive. L’hypomagnésémie est d’ailleurs associée à un déclin plus rapide DFG en cas de CKD, en cas de diabète avec ou sans néphropathie diabétique et à une survie moins bonne du greffon rénal.

Les IPP font partie des médicaments les plus prescrits en France et sont en vente libre en officine depuis juillet 2009. Il existe une tendance nette à la sur-prescription en dehors des recommandations pour des indications non démontrées. Leur efficacité est certaine et incontournable mais leur innocuité à long terme ne semble pas nulle. Il apparait important de réévaluer les indications et les durées de traitement et de savoir les interrompre en fonction des situations cliniques.

Save the date : KCC 2016

#CJNeph

Chers amis, chers collègues,

vous pouvez d’ores et déjà noter dans votre agenda la date de la 5eme édition du KCC ! Pour changer, la thématique portera cette année sur le cauchemar de tous les internes qui préparent leur thèse: les biostatistiques !

Voila une excellente occasion de se remettre a flot, et toujours dans l’ambiance « CJN »…

 

KCCaffiche2016

 

 

Colloque CENTAURE : Apprendre a recevoir…

#CJNeph

 

Le 7 Septembre prochain, à Paris, se tiendra le colloque Centaure dont la thématique est « apprendre a recevoir ».

 

Le fait de recevoir – intimement lié çà celui de donner – sera abordé et analysé sous divers angles et dans différentes situations, toujours dans le contexte de la transplantation d’organes.

Car oui, recevoir cela s’apprend.

Pourquoi avons nous tant de mal à recevoir? Simplement en disant merci, sans suspicion, en acceptant l’élan positif que notre interlocuteur nous envoie.

Savoir recevoir, n’est ce pas une des formes de la générosité?

C’est ce que nous essaierons de comprendre lors de nos rencontres-débats et de voir comment cela prend corps dans le champ de la transplantation;

Centaure

En téléchargement ici: Programme Colloque Centaure

Il court pour la dialyse de nuit

#CJNeph

Une belle initiative et des exploits pour démontrer (si besoin en était…) les bienfaits de la dialyse longue nocturne…

 

Bon courage pour le grand raid des Pyrénées (84 km, quand même!) le 27 Aout prochain.

 

FabriceHuré

Enregistrer

BJN : La Biblio des Jeunes Néphrologues #13

Le Club des Jeunes Néphrologues vous propose, chaque semaine, un article ancien ou récent à lire et faire lire. N’hésitez pas à nous faire également partager vos lectures.

Blood pressure lowering for prevention of cardiovascular disease and death: a systematic review and meta-analysis

L’hypertension artérielle (HTA) concerne 1 milliard de personnes dans le monde et est le plus important des facteurs de risques cardio-vasculaire. Une méta-analyse récente publiée dans le LANCET s’est intéressée aux études randomisées comprenant plus de 1000 patients années dans chaque bras entre le 1er janvier 1966 et le 7 novembre 2015. 123 études ont été incluses totalisant 613.815 patients.

Les principaux résultats retrouvent une diminution du risque relatif des évènements cardiovasculaires sous traitement de façon proportionnelle à la baisse tensionnelle. Ainsi pour une baisse de 10 mmHg de pression artérielle systolique (PAS), on observe une réduction significative de :

  • 13% de la mortalité de toute cause
  • 20% des complications cardiovasculaires graves
  • 17% des événements coronariens
  • 27% des d’AVC
  • 28% de l’insuffisance cardiaque

Néanmoins, la baisse de la PA systolique de 10mmHg est associé à une baisse de 5% du risque d’insuffisance rénale terminale (0·95, 0·84–1·07) mais qui n’est pas significatif.
hta

La baisse tensionnelle réduit le risque vasculaire quelque soit la valeur tensionnelle initiale et quelque soit les comorbidités du patient. A noter que la baisse tensionnelle permettait une baisse plus importante du risque relatif d’évènements cardio-vasculaires chez les patients n’étant pas atteints d’insuffisance rénale chronique.

Cette méta-analyse retrouve également des différences entre les traitements anti-hypertenseurs :

  • Les béta-bloqueurs sont inférieurs sur la prévention des événements cardiovasculaires majeurs, les AVC et l’insuffisance rénale.
  • Les BCC sont supérieurs aux autres classes pour la prévention des AVC, mais inférieurs pour la prévention de l’insuffisance cardiaque.
  • Les diurétiques sont supérieurs aux autres classes pour la prévention de l’insuffisance cardiaque.

 

La conclusion de cette meta-analyse reprend l’idée, déjà bien connue, que la baisse tensionnelle réduit significativement le risque vasculaire. Néanmoins, les auteurs évoquent un changement de concept par rapport aux recommandations internationales en proposant une cible tensionnelle à 130mmHg pour la PAS plutôt que 140mmHg au vue d’une efficacité de la baisse tensionnelle jusqu’à cette cible.