Nephro World Cup : France – Argentine

bibliographie/nephro-world-cup-egypte-espagne-2-5002

Nephro World Cup : France – Argentine

Retrouvez chaque jour les résumés et analyses des quarts de finale de la Nephro World Cup !
Les membres du CJN vous présentent chacun des concurrents, et notre expert maison vous aiguille les grosses cotes et les choix judicieux ! Pour choisir le candidat du CJN, rendez-vous sur notre compte twitter

L’article de la France, par notre Envoyée Spéciale Lucile Figueres :

En cette période propice à l’intoxication volontaire (si possible entre amis), la France nous rappelle le tableau de l’intoxication aluminique. A l’instar de l’intoxication éthylique, l’intoxication aluminique a une forte probabilité de vous faire convulser. L’anémie microcytaire, les myalgies et l’ostéomalacie complètent le tableau.

Des intoxications provoquées par une panne dans le système de purification de l’eau de ville restent possibles et les K/DOKI recommandent donc le dosage de l’aluminémie annuellement chez le patient dialysé.

Alors si votre équipe perd, n’ingérez pas vos cannettes de bière et/ou l’emballage de vos sandwichs par désespoir, c’est risqué !

L’article de l’Argentine, par notre envoyé spécial Christophe Masset :

Dans les maladies héréditaires liées à l’X, la plupart d’entre nous se rappellent le concept : les hommes sont malades, et les femmes sont « seulement » porteuses. Or, de plus en plus de données récentes contribuent à rendre caduc ce vieil adage, comme cette étude Argentine réalisée chez 35 femmes atteintes d’une maladie de Fabry.  L’âge moyen de ces femmes était de 26 ans (13 étaient mineures). L’activité de la alpha-galactosidase a été testée chez 29 d’entre elle, et retrouvée normale dans 82% des cas. Parmi les 35 femmes, seulement 26% d’entre elles présentaient une fonction rénale normale : 32% avaient une diminution du eDFG, et 42% présentaient une hyperfiltration glomérulaire. De plus, 46% des femmes présentaient une albuminurie significative. L’étude de cette cohorte argentine, portant sur une maladie génétique rare, remet en perspective la physiopathologie et le diagnostic de la maladie de Fabry chez la femme. Le faible nombre de patientes dans la cohorte ne doit pas faire perdre de vue les importantes proportions de patientes présentant des anomalies rénales.

Le match contre la France s’annonce serré. Et même si notre cœur à tous penche du même côté, force est de constater que sur ce match là, l’Argentine a les moyens de l’emporter. Et de plus, les Bleus ont déjà validé leur billet pour les 1/8e, laissons donc Messi and co faire leur petit bonhomme de chemin pour se hisser – pourquoi pas, pour la 1ere fois – sur la plus haute marche de la Nephrology World Cup.

L’oeil de l’expert, par Dominique Guerrot :

dominque guerrot

France – Argentine… la seule évocation de cette affiche donne la pêche ! Pour moi ça sent  le match serré ! Les Bleus ont décidé de baser leur étude sur un case report, or en foot comme en recherche les individualités ne peuvent pas faire la différence à tous les coups…
Les Argentins ont  eux misé sur la gente féminine, avec une vraie problématique scientifique d’intérêt sur  l’atteinte du Fabry chez la femme. Bien que leur étude présente presque autant de limites que la défense de l’Albiceleste, je vois les Argentins passer ! 

Partager cet article