BJN # 52 La prise de poids interdialytique revisitée

non-classe/bjn-52-prise-de-poids-interdialytique-revisitee-3257

BJN # 52 La prise de poids interdialytique revisitée

Revisiting Interdialytic Weight Gain and Mortality Association With Serum Albumin Interactions: The Japanese Dialysis Outcomes and Practice Pattern Study

Introduction

La prise de poids inter dialytique est un élément déterminant dans la prise en charge des patients hémodialysés chroniques qui est mesuré à chaque séance. Plus celle-ci est élevée, plus l’ultrafiltration en dialyse devra être importante, conduisant non seulement à un risque d’instabilité hémodynamique, mais aussi à une rigidité artérielle et une hypertrophie ventriculaire gauche.

Pour réduire la prise de poids inter dialytique, les recommandations proposent le maintien de la diurèse résiduelle, l’éducation sur le régime alimentaire pauvre en sodium et en boissons. La Société Japonaise de Dialyse propose de viser une prise de poids <6% du poids corporel sur la base d’étude associant prise de poids inter dialytique élevée et surmortalité (1).

Dans cette étude Japonaise, les auteurs proposent d’analyser le lien entre prise de poids inter dialytique et mortalité en stratifiant selon l’état nutritionnel du patient défini par le taux d’albumine.

Patients/matériels et méthodes

Etude de cohorte prospective à partir des données J-DOPPS (Japanese DOPPS) de 1999 à 2011

Résultats

8661 patients hémodialysés ont été inclus dans l’analyse. L’âge moyen était de 62.0 ans et 35% des patients étaient hémodialysés depuis plus de 7 ans. 7832 (91%) patients avaient une prise de poids inter dialytique <6% et 5023 patients (58%) avaient un taux d’albumine <38g/L. Durant le suivi, 811 patients sont décédés, ce qui correspond à un taux de 4.99 décès pour 100 personnes-années.

Le taux plasmatique d’albumine modifiait l’association entre la prise de poids inter dialytique et la survie. Parmi les patients avec un taux d’albumine <38g/L, ceux qui avaient la prise de poids inter dialytique la plus basse (<2%) avaient un risque plus élevé de mortalité (HR=1.89 [1.50-2.39]) comparé à ceux qui avaient une prise de poids inter dialytique entre 3 et 4% (ref.). En revanche, chez les patients avec un taux d’albumine ≥38g/L, c’est le groupe des patients qui avait a prise de poids inter dialytique la plus élevée (≥7%) qui avaient une mortalité plus forte (HR=2.74 (1.49-50.5]).

BJN52 - S Bataille - Fig1

Conclusion

L’association entre prise de poids inter dialytique et mortalité décrit une courbe en J dans laquelle la prise de poids inter dialytique élevée est associée à une surmortalité. Cette association est influencée par l’état nutritionnel. Chez les patients dénutris, la faible prise de poids inter dialytique est associée à un risque de mortalité élevé, mais pas la prise de poids élevée.

Les plus du papiers

Il s’agit d’une étude originale incluant un grand nombre de patients et dont les résultats modifient notablement la prise en charge des patients : il n’y a pas de surmortalité lors de prise de poids inter dialytique importante chez des patients dénutris, donc pas de raison de restreindre leurs apports alimentaires !

Les critiques

Il ne s’agit que d’une étude d’association qui n’apporte donc pas de preuve formelle de causalité entre la prise de poids inter dialytique et la mortalité. L’étude Japonaise n’est peut-être pas transposable aux patients Européens dont les caractéristiques et la survie en dialyse est différente.

Merci à Stanislas Bataille (Néphrologue à la clinique Bouchard à Marseille, Comité Scientifique du CJN) pour cette synthèse bibliographique. Vous aussi, n’hésitez pas à nous envoyer vos lectures !

Partager cet article