BJN#144 – Le bénHIFice d’un traitement oral de l’anémie chez le patient insuffisance rénale chronique

bibliographie/bjn144-8814

BJN#144 – Le bénHIFice d’un traitement oral de l’anémie chez le patient insuffisance rénale chronique

Roxadustat Treatment for Anemia in Patients Undergoing Long-Term Dialysis

Merci à Léonard Golbin, Néphrologue à Rennes et membre du Comité Scientifique du CJN, pour cette synthèse bibliographique. Vous aussi, n’hésitez pas à nous envoyer vos lectures !

Introduction

L’anémie est une complication classique de l’insuffisance rénale chronique à partir du stade III traitée par une supplémentation en ErythroPOietine (EPO) lorsque les réserves martiales sont suffisantes et que l’hémoglobine est inférieure à 10g/dL. Le Roxadustat est un inhibiteur oral de HIF (Hypoxia-Inducible-Factor) qui 1/stimule l’érythropoïèse en augmentant les taux d’EPO endogène circulant et 2/ régule les réserves martiales. Cette étude de phase 3 parue récemment dans le NEJM fait le point sur l’efficacité et la sécurité de ce traitement.

 

Patients et méthodes

Cette étude chinoise était contrôlée en double aveugle contre placebo. Les patients âgés de 18 à 75 ans avec une IRC stade III à V non dialysé et une hémoglobine comprise entre 7 et 10g/dL recevaient 8 semaines de Roxadustat 3 fois par semaine. Ils ne devaient pas avoir reçu d’EPO depuis au moins 5 semaines. La dose de Roxadustat était à 70mg si poids < 60kgs et 100mg si poids > 60kgs. L’étude se poursuivait par un traitement de 18 semaines au total. Après 8 semaines, les patients pouvaient bénéficier d’une « rescue therapy » associant (selon le choix du praticien) une transfusion ou du fer IV ou de l’EPO ou la combinaison des 3. Le critère principal de jugement était l’évolution de l’hémoglogbine après 7 semaines.

 

Résultats

Entre décembre 2015 et septembre 2016, 154 patients ont été inclus avec au total 131 patient qui ont complété les huit semaines de traitement (87 dans le groupe Roxadustat et 44 dans le groupe placebo). L’âge moyen était de 54ans, le DFG moyen de 16,5mL/min et 14,5mL/min selon le groupe. Le taux moyen d’hémoglobine avant le traitement était à 8,9 g/dl dans les deux groupes.

Dans le groupe Roxadustat, il est constaté une augmentation de l’hémoglobine de 1,9 g/dl contre 0,4g/dL dans le groupe placebo (P<0.001). À la 9e semaine de traitement, 84% dans le groupe prandial Roxadustat avait une élévation de plus d’1 g/dl d’hémoglobine alors qu’il n’y en avait aucun en vous placebo. Trois patients ont nécessité une « rescue therapy » dans le groupe Roxadustat et 6 dans le groupe placebo.

Il est constaté au cours du suivi une baisse du taux de cholestérol total de 1mmol/L et de 0,7mmol/L de LDLc dans le groupe Roxadustat contre 0,2 mmol/l dans le groupe placebo. Par ailleurs, les réserves ferriques n’ont pas été consommées au cours du traitement. Concernant les effets secondaires, l’acidose métabolique (12%) et l’hyperkaliémie (16%) étaient les effets secondaires les plus fréquents retrouvés chez cette pourcent des patients.

Parmi les 131 patients, 98 patients ont complété les 18 semaines de traitement supplémentaire. Il est constaté une augmentation globale persistante de 1,9 g/dl dans le groupe Roxadustat avec 84% de patients qui ont une hémoglobine de plus de 11 g/dl à la 26e semaine.

Conclusion

Au total, le résultat de cette étude est que le Roxadustat est un traitement efficace de l’anémie chez le patient insuffisant rénal chronique non dialysé contre placebo avec une tolérance bonne et une amélioration parallèle des perturbations du bilan lipidique sans consommation des réserves ferriques en ayant l’avantage d’être pris par voie orale.

Partager cet article