Les jeunes néphrologues publient #SFNDT2018: l’insuffisance rénale aiguë au cours de l’endocardite infectieuse : une étude de cohorte rétrospective

non-classe/jeunes-nephrologues-publient-sfndt2018-linsuffisance-renale-aigue-cours-de-lendocardite-infectieuse-etude-de-cohorte-retrospective-5331

Les jeunes néphrologues publient #SFNDT2018: l’insuffisance rénale aiguë au cours de l’endocardite infectieuse : une étude de cohorte rétrospective


Le CJN s’attache à mettre en avant les travaux scientifiques de ses membres et de la jeune génération néphrologique. Durant la #SFNDT2018 les internes sont à l’honneur. Nous relayons ici le poster publié par Florent Von Tokarski, interne de Néphrologie à Tours, et son équipe. Félicitation à eux pour ce beau travail!

Le poster sera commenté par son auteur jeudi à 10h56 à l’espace poster du congrès. Venez le rencontrer et lui poser des questions sur son travail!

Insuffisance rénale aiguë au cours de la prise en charge des endocardites infectieuses : incidence, facteurs de risques et pronostic

Introduction

L’endocardite infectieuse (EI) est une maladie fréquente et sévère avec une mortalité de 33% à 4 ans. L’incidence de l’insuffisance rénale aiguë (IRA) dans l’EI, ses facteurs de risques et les conséquences sur la survie rénale et globale des patients restent débattus.

Méthodes

Les patients adultes non dialysés chroniques hospitalisés pour un premier épisode d’EI (probable ou certaine selon les critères modifiés de Duke) entre 2013 et 2016 ont été inclus dans cette étude de cohorte rétrospective. Le critère de jugement principal était de déterminer les facteurs de risques associés à l’IRA précoce (P-IRA) pendant la première semaine de prise en charge pour une EI, définie selon les recommandations KDIGO. Une analyse multivariée a été réalisée par régression logistique après imputation des données manquantes.

Résultats

279 patients ont été inclus, 223 (79.9%) avait une EI certaine et 56 (20.1%) une EI probable. 147 patients ont présenté une P-IRA. Une EI secondaire à S. aureus (OR : 2.69, Intervalle de confiance 95% (IC95) : 1.43-5.09, p<0.01), un antécédent de diabète (OR : 2.31, IC 95% : 1.13-4.72, p<0.05) ou d’artériopathie oblitérante des membres inférieurs (OR : 2.69, IC 95% : 1.11 -6.51, p<0.05) et une hémodynamique instable (OR : 3.32, IC 95% : 1.57-7.12, p<0.01) étaient associés à une P-IRA. L’avis spécialisé d’infectiologie était un facteur protecteur de l’IRA précoce (OR : 0.43, IC95% : 0.19-0.97, p<0.05). L’IRA précoce était associée à la mortalité à un an et la progression de l’insuffisance rénale chronique.

Conclusion

Le terrain cardiovasculaire, une hémodynamique instable et une infection à S. aureus sont associés à l’IRA précoce. Une prise en charge multidisciplinaire et une exploration rigoureuse de l’IRA sont nécessaires.

Partager cet article