BJN#231 – Relax, take it easy ! Quand MICA s’invite en transplantation rénale

bibliographie/bjn234-relax-take-it-easy-quand-mica-sinvite-en-transplantation-renale-17852

BJN#231 – Relax, take it easy ! Quand MICA s’invite en transplantation rénale

Merci à Betoul SCHVARTZ, de Reims, membre du conseil scientifique pour ce résumé.

N’hésitez pas, si vous le souhaitez, à nous envoyer vos lectures !

Cette BJN est rédigée en rapport avec cet article :

The MHC class I MICA gene is a histocompatibility antigen in kidney transplantation, publié par Carapito et al. dans Nature Medecine en Mars 2022

Introduction

Les rejets aigus médiés par les anticorps (ABMR) sont une des complications les plus redoutées de la greffe rénale. Habituellement, des DSA-HLA (Ac anti HLA dirigés contre le HLA du donneur) sont retrouvés dans le sérum du receveur et monitorés. Dans 50% des cas, aucun DSA-HLA n’est détecté. Cela pourrait être expliqué par l’existence de DSA non HLA.

Cette étude vise à évaluer le rôle du matching de MICA et de l’immunisation anti MICA spécifique du donneur (DSA anti–MICA) en transplantation rénale.

Patients/matériels et méthodes

Une cohorte française rétrospective multicentrique de 1356 patients transplantés rénaux a été analysée entre 2002 et 2011 avec ADN génomique et sérum recueillis, tous ABO compatibles et avec cross match négatif en MLCT sur LT en IgG. Les ADN génomiques et les sérums ont été analyses rétrospectivement. Les génotypes HLA et MICA ont été déterminés chez les donneurs et les receveurs et les DSA anti HLA et anti MICA ont été recherchés dans le sérum des receveurs en Single Ag

Le critère principal de jugement était la survie du greffon. Le critère secondaire était le 1er épisode de rejet aigu prouvé par PBG.

Résultats

Le mismatch MICA est associé à une moins bonne survie des greffons à 5 ans et à 10 ans  (HR, 2.12; 95% CI: 1.45–3.11; p < 0.001) en analyse mutlivariée, indépendamment du mismatch HLA.

Il existe une association significative entre la présence de DSA anti MICA pré-greffe et de novo et le rejet

Il existe également un effet synergique des DSA anti HLA et anti MICA sur le risque de survenue d’ABMR. De même, plus il y a de mismatch MICA, plus le risque de survenue d’ABMR est important

Conclusion

Le gène MICA semble être un gène d’histocompatibilité qui aurait un rôle dans la survenue d’ABMR et pourrait expliquer une partie des ABMR sans DSA-HLA.

Des études prospectives à grande échelle restent nécessaires pour confirmer cette hypothèse.

 

Les plus du papier

– grande cohorte, multicentrique

– 1ère étude qui analyse les DSA anti HLA contrairement aux autres études sur le sujet

 

Les critiques

– analyse rétrospective

– nécessité d’une cohorte encore plus importante

– pas d’analyse des biopsies de greffon et de recherche de MICA sur les PBG

Partager cet article


Cjnephro

GRATUIT
VOIR