Le CJN lance AlcalUN en partenariat avec l’AFUF !

actualites-du-site/cjn-lance-alcalun-partenariat-lafuf-2325

Le CJN lance AlcalUN en partenariat avec l’AFUF !

Le CJN lance AlcalUN en partenariat avec l’AFUF (association française des urologues en formation) !
AlcalUN est une étude prospective visant à évaluer la tolérance du secteur extra cellulaire lors de l’initiation d’une alcalinisation par voie orale. Les patients concernés sont tous ceux justifiant d’une alcalinisation quelle qu’en soit la cause (lithiase urinaire, acidose métabolique, autre…) et quelle qu’en soit le moyen (eaux bicarbonatées, préparations pharmaceutiques ou commerciales).
Pour inclure vos patients, c’est très simple. Deux questionnaires sous format numérique sont à remplir : un à l’initiation du traitement et un lors de la première visite de suivi (dans les 1 à 6 mois après). Les données renseignées sont cliniques (poids, pression artérielle et données d’interrogatoire) et biologiques (bilan sanguin et urinaire).
S’agissant d’une étude observationnelle, il suffit de remettre une lettre d’information (la signature d’un consentement n’est pas nécessaire) ci-jointe.
Tout se fait en ligne sur le site du CJN. Vous y trouverez toutes les informations pour vous inscrire et inclure vos patients. Vous pouvez imprimer les questionnaires sous format papier et nous les renvoyer remplis, en cas de difficultés, à l’adresse ci-dessous.
Les inclusions sont ouvertes et nous comptons sur votre participation active pour inclure le maximum de patient !
En vous remerciant d’avance et restant à votre disposition pour toute question

Dr Julie Beaume
Secrétaire Générale du CJN
Investigateur principal d’AlcalUN
Néphologie-Hémodialyse
HIA Sainte Anne- Toulon
etude.alcalun@gmail.com

 

Questionnaire initial

Questionnaire suivi

lettre-non-opposition-patient-2017

présentation AlcalUN

Partager cet article

Commentaires (2)

  • Hammelin Répondre

    Intéressant. Notre équipe a pour habitude d’employer larga manu le bicar de Na per os dans le ttt des acidoses métaboliques, notamment secondaires à l’insuffisance rénale.
    Dommage que le questionnaire ne puisse être saisi directement par informatique, cela aurait été un gain de temps pour tout le monde.
    JP HAMMELIN,
    CH DOUAI

    15 février 2017 - 13 h 18 min
    • Jean-Philippe Bertocchio Répondre

      Si si : il est possible de répondre directement sur le site de l’étude !

      15 février 2017 - 14 h 43 min

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *