BJN#109 – PBR dans l’IRA, ça saigne ?

bibliographie/bjn109-pbr-dans-lira-ca-saigne-5524

BJN#109 – PBR dans l’IRA, ça saigne ?

Kidney Biopsy-Related Complications in Hospitalized Patients with Acute Kidney Disease

Merci à Louis de Laforcade, Néphrologue à Bourgoin-Jallieu et Vice Président du CJN, pour cette synthèse bibliographique. Vous aussi, n’hésitez pas à nous envoyer vos lectures !

BJN 109 Introduction

La Ponction Biopsie Rénale est un geste essentiel au diagnostic en Néphrologie. Les risque, principalement hémorragiques, sont considérés comme faibles. Ils ont cependant été établis sur des patients « ambulatoires », et sont moins bien connus dans l’insuffisance rénale aiguë.

 

Patients/matériels et méthodes

Il s’agissait d’une sous-étude sur la cohorte de Yale, comprenant 2 hôpitaux (York Street et St Raphael). Les patients inclus présentaient une maladie rénale aigue, selon les critères AKI-KDIGO, à la différence que l’augmentation de la créatinine pouvait avoir eu lieu sur les 3 derniers mois.

Le critère de jugement principal était la nécessité d’une transfusion liée à la biopsie. Les critères secondaires comprenaient toutes les complications, à savoir la présence d’un hématome (sur imagerie post biopsie systématique), la nécessité de transfusion ou d’intervention angiographique. les résultats de la cohorte ont par ailleurs été comparés à la cohorte nationale NIS.

 

Résultats

159 patients ont été inclus, dont 43% de femmes. L’age moyen était de 59 ans. 40% des patients étaient diabétiques, 60% étaient hypertendus. L’hémoglobine pré biopsie étaient inférieure à 10 g/dl dans 73% des cas, et l’urée supérieure à 10mmol/l dans 41% des cas. le taux de plaquette moyen était de 202 G/L

Concernant la procédure, 10% des biopsies étaient réalisées en soins intensifs, sous guidage échographique dans 74% des cas. Des aiguilles 16G étaient utilisées dans la majorité des cas (55%), le geste étant le plus souvent réalisé par un interne (65%).

Le taux des principales complications est résumé dans la figure ci jointe.

BJN pbr 2

3 facteurs de risque étaient retrouvés en analyse multivariée :

  • Taux de plaquettes (OR 4,6)
  • Taux d’urée (OR 1,2)
  • Sexe féminin (OR 8,8)

Conclusion

Les PBR réalisées pour une maladie rénale aiguë présentent un risque plus important de complications. Les femmes, patients avec un taux d’urée élevé ou un taux de plaquette bas sont plus à risque

Les plus du papier

  • Sujet peu étudié, la plupart des études de risque sur la PBR excluant l’insuffisance rénale aiguë
  • Evaluations du caractère lié ou non à la biopsie pour chaque survenue de complication, permettant de limiter les confusions.

 

Les critiques

  • Des pratiques différant des usages français (imagerie systématique à 48h)
  • Absence de réel groupe contrôle
  • Peu d’informations sur certains paramètres pouvant altérer le risque hémorragique (Pression artérielle prébiopsie, patient sous anticoagulant/antiaggrégant…)

 

Partager cet article